PARCE QUE TOUT CE QUI COMPTE POUR CETTE VIE, C’EST LE TEMPS…

Je vous vois derrière votre écran à vous demander « Mais qu’est-ce qu’elle raconte encore ? », « Tout le monde sait ça ! », « Quel rapport avec l’écriture ? »…

Laissez-moi vous expliquer où je veux en venir.

Commençons par le début, j’ai très tôt été conditionnée à la productivité, la rapidité, l’efficacité, la rentabilité ; tous ces mécanismes chronophages qui impliquent de produire une richesse – souvent au bénéfice d’autrui – ne me laissant que de courtes soirées et de week-ends éreintés. Pendant plusieurs années, je m’y suis conformée, et je n’étais pas mauvaise pour répondre à ces exigences d’ailleurs.

Et puis un jour, la soif de vivre ma vie pour moi s’est invitée, et comme je l’évoquais dans mon post « Il n’est jamais trop tard pour réaliser ses rêves », elle m’a incitée à tout plaquer pour redevenir l’héroïne de ma propre vie et non plus un simple personnage secondaire sans trop d’intérêt.

J’en ai profité un moment sans aucune contrainte. Mais les automatismes étant bien ancrés, c’est tout naturellement que je les ai appliqués à ma vie d’autrice. Je n’ai plus dorénavant de logiciels destinés à me rappeler le calendrier judiciaire, mais cette petite sonnerie dans ma tête ne cesse de sonner pour perpétuellement me rappeler que je suis en retard sur le planning que je me suis pourtant fixé toute seule.

Vous vous rappelez, je vous expliquais qu’il m’était nécessaire de me fixer des objectifs pour avancer. Eh bien, en général, j’ai gardé mon exigence d’avant mais avec mes contraintes d’aujourd’hui ce qui fait que je ne suis jamais dans les clous. Moralité je stresse et je me perds dans détails avant de finir par retrouver plus ou moins ma route et de souffrir, à nouveau, de surmenage.

J’ai donc décidé de me reprendre en main pour équilibrer les différents pans de ma vie, pour toujours conserver l’impression de profiter du temps qui m’est offert, car en fait, c’est de ça qu’il est question : profiter du temps qui nous est imparti pour ne jamais avoir de regrets. Il arrive donc un moment où il est essentiel de déterminer à quelles choses nous souhaitons accorder de l’importance et donc consacrer de ce temps si précieux.

Dans mon cas la répartition s’opère entre trois pôles : la famille, les poneys et l’écriture.

Bien entendu, comme tout le monde, des contraintes d’ordre financières notamment – et légales (ben oui, c’est vrai ça, pourquoi tout ce qui est fun est illégal ou fait grossir ?) ah ah – s’invitent dans l’équation et il est parfois indispensable de pondérer pour faire au mieux en gardant l’objectif à l’esprit.

Enfin, une fois ces priorités déterminées, je n’oublie pas de m’octroyer du temps pour rien. Ou plutôt pour tout. Pour lézarder, pour respirer une fleur, admirer un coucher de soleil, écouter le vent dans les feuilles, m’enraciner dans ce monde, m’ancrer à mon univers : profiter de l’instant présent et signifier ma gratitude. Et vous savez quoi ? Ça fait un bien fou et ensuite, je pète le feu et tous les records de productivité !

Je constate ces derniers temps que, comme moi, beaucoup de personnes se remettent en question, de même que leurs habitudes de vie, J’imagine que le confinement imposé par la Covid19 n’est pas totalement étranger à cette prise de conscience qui pousse à vivre pleinement et non à subir sa courte existence, fusse-t-il nécessaire de faire quelques sacrifices.

Et vous, avez-vous déterminé vos priorités ? Savez-vous à quel(s) intérêt(s) vous souhaitez allouer votre temps ? Prêts à savourer votre pleinement votre vie ? Le chemin est sinueux, empreint de doutes mais si vous faites les choix qui vous correspondent, la route promet de devenir toujours plus belle…        

À vous de jouer !

4 commentaires

  1. Je t’avoue que quand j’ai vu le titre j’étais en mode WTF mais finalement j’ai adoré ton article qui est très véridique, le temps est un peu notre ennemi…

    J'aime

    1. Merci pour ton message ! 🙂
      J’aime bien faire peur en mode philosophe du dimanche ah ah
      Je ne sais pas s’il est notre ennemi, disons au moins qu’il nous permet d’apprécier les choses à leur juste valeur. C’est grâce à lui qu’on prend la mesure de notre chance et qu’on occulte ce qui ne présente finalement pas d’intérêt.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s