PARCE QU’ALIZEE VILLEMIN A LA MAIN VERTE AUSSI BIEN DANS SON POTAGER QUE DANS SES HISTOIRES

Alizée est une autrice avec laquelle je partage plusieurs passions. C’est d’ailleurs grâce à l’une d’elles que nous nous sommes « rencontrées » : les poneys. C’est aussi grâce à Alizée que j’ai pu intégrer le staff d’une exceptionnelle maison d’édition. En bref, Alizée, c’est celle qui m’a littéralement ouvert les portes de l’écriture…

Vous pouvez la suivre sur son site http://azraelle.e-monsite.com/ et sur sa page facebook A.Villemin https://www.facebook.com/alizeevilleminauteur/

Bonjour Alizée, pourrais-tu te présenter ?

Bonjour ! Moi c’est Alizée, spécimen particulièrement déglingué d’écrivain à multifacettes.

Pourrais-tu nous expliquer ce que l’écriture représente pour toi ?

C’est une nécessité ! Mon cerveau turbine à chaque heure du jour ou de la nuit, sans jamais s’arrêter, alors il lui faut des moyens de faire redescendre la pression. Enfin, ça c’est l’analyse rationnelle. En pratique, c’est un ou plusieurs personnages qui viennent toquer à la porte de ma conscience en réclamant de sortir, et qui ne me laissent pas un instant de répit tant que je n’ai pas démarré leur histoire.

Qu’est ce qui t’a donné envie d’écrire ?

J’écrivais déjà, mais du très sérieux : je travaillais sur mon Mémoire d’archéologie, consacré à certaines tombes celtes. J’ai eu besoin d’une bouffée d’air, donc j’ai cherché à reprendre contact avec le milieu de la SFFF. Je suis tombée sur l’annonce d’un webzine qui recherchait des chroniqueurs. Pour pouvoir postuler, il fallait écrire un petit texte démontrant notre connaissance du milieu… ainsi est né Dragon Ronchon, ma toute première nouvelle.

Quelles sont les œuvres ou les auteurs qui t’ont influencée (d’une manière ou d’une autre) et/ou que tu apprécies particulièrement ?

Terry Pratchett a été une révolution pour moi : un univers riche et vaste, des écrits très très intelligents, et des tonnes d’humour ! La Compagnie Noire de Glen Cook est un autre pilier, celui qui m’a fait découvrir la Dark Fantasy : on n’est pas obligés d’écrire des histoires à base d’Elfes à la beauté surnaturelle, ouf ! Depuis, j’en ai découvert bien d’autres : Joe Abercrombie, Anthony Ryan, Scott Lynch… Je lis énormément, mais ceux qui retiennent mon attention sont des auteurs à l’humour noir et grinçant, dont les héros peuvent être tout autant des salauds, selon le point de vue utilisé, et qui ont une vision pragmatique, loin des paillettes de la scène. J’aime beaucoup quand ça sent le cuir humide et la sueur de cheval :p

Je lis également beaucoup de SF (van Vogt, Bordage, Herbert, Asimov, etc.), et de polars (Adler-Olsen, Vargas, Indridason). Peu de drames ou de romance, ce n’est pas ma came.

As-tu un (ou des) rituel(s) d’écriture ? Suis-tu un processus précis ou écris-tu au feeling ? Une addiction qui t’aide à carburer ? J’ai vaguement entendu parler de mousse au chocolat…

J’ai une vraie addiction pour le chocolat :p surtout le très noir, avec des écorces d’orange ou des éclats de framboise. Plus le temps passe et plus je deviens difficile, mais un expresso et un carré de chocolat, c’est ma vraie gourmandise…

Pour écrire, j’ai besoin de me mettre dans une sorte de transe, qui implique un grand mug d’une boisson chaude (du thé souvent, j’essaye de ralentir le café) et de la musique. Il me faut souvent du temps pour trouver la musique adéquate au projet, mais une fois que je la tiens je la passe en boucle. Pour Lady Falkenna, c’était Olafur Arnalds, une musique lente et très mélancolique. Dracaenars, c’est la B.O. du film Avatar.  ( https://www.youtube.com/watch?v=pmKkaCKWreM&list=PLWSx_gFbCraDJx_i_K4g9TLEonD8v6sJB&index=5&t=0s  )

Pour les aventures d’Ezio et Fendy, mes corbacs favoris, c’est le violon énergique de Lindsey Stirling.

Musique, boisson chaude, je relis le chapitre précédent pour raccrocher l’histoire, et… c’est parti ! Tout au feeling. Je suis «team jardinier » pour de vrai, alors je découvre l’histoire au fur et à mesure de son écriture. Ça me donne des sueurs froides en correction, mais c’est comme ça 🙂

Quelles sont les choses qui te tiennent à cœur dans l’écriture ?

La vraisemblance. Je peux accepter plein de trucs délirants (dragons, magies, personnages improbable, etc), mais une trop grosse incohérence me fait jeter le livre. J’ai lu une fois une histoire (célèbre ^^) où l’un des personnages, maman, pleurait le meurtre de ses fils de 4/5 ans une demi-page à peine, avant de repartir comme une fleur et tomber amoureuse d’un mec juste rencontré, avec qui elle projette direct de faire un autre enfant. Alors, non, hein, no way, une mère ne réagit pas comme ça, en tout cas pas un personnage présenté comme sain d’esprit.

Idem pour toutes les histoires à base d’armure en or (sérieux ? Non seulement c’est super lourd, mais en plus, c’est mou, ça ne protège pas !) ou bien tous les trucs médiévaux écrits par des gens qui n’ont jamais vu un château de leur vie… la poliorcétique, ça me rend susceptible 🙂

As-tu rencontré des difficultés pour écrire ta première saga, Lady Falkenna ? Qu’est ce qui t’a plu dans cette aventure ?

J’en garde un souvenir assez spécial, puisque c’était ma première publication, et que je l’ai fait d’une manière particulière : avec des épisodes formant une série. L’écriture en elle-même a été facile, mais je me suis retrouvée à dédicacer et discuter de mon livre alors que l’histoire n’était pas complètement terminée… Les lecteurs me donnaient leurs avis sur ce qui allait se passer, et ça a été très difficile de ne pas être influencée par leur ressenti.

Je ne ferais plus de série, en tout cas pas de cette manière, la pression des dead-lines était très forte. J’en avais besoin, je ne bosse jamais aussi bien qu’en mode last-minut-panic, mais maintenant j’ai mûri et je ferai autrement.

En tout cas, j’ai beaucoup appris.

Tu t’es essayée à plusieurs formes d’écriture, saga, nouvelles, romans, peux-tu nous en dire un peu plus ? Qu’est ce qui t’a plu/déplu dans chacune de ces expériences ?

J’adore les nouvelles. C’est un exercice que je ne connaissais pas du tout avant, parce que je n’en lisais pas, mais j’adore le fait de ciseler un texte pour n’en garder que l’essentiel, de réfléchir à une chute percutante, d’en révéler peu et beaucoup à la fois… C’est ce que je préfère écrire, et c’est pour ça que je m’éclate autant chez Short Édition. C’est réciproque, apparemment, parce que mes textes y sont appréciés. Dommage que le public soit peu présent pour ce format.

J’aime bien les romans one shot, les novellas, c’est ce vers quoi je me dirige de plus en plus. Pas d’obligation de poursuivre, ni pour l’auteur ni le lecteur, et la possibilité d’en écrire plusieurs dans le même univers… Parfait.

Les sagas en pleiiiiiin d’épisodes, j’ai de plus en plus de mal, à écrire comme à lire, à moins que vraiment je sois ultra fan de la plume de l’auteur. En règle générale, mon envie et mon attention se diluent progressivement au fil des tomes, par conséquent, j’évite.

Maintenant, je te propose de te projeter sous diverses formes ; j’aimerais que tu me dises ce qui te vient à l’esprit (sans réfléchir !). Prête ? Si tu étais…

Un mot :Poukram !
Une couleur :Bleu
Un objet :un poignard
Un animal :un pangolin
Un végétal :    une ortie
Une créature de l’imaginaire :un dragon
Une personnalité :aucune idée, je ne les connais pas
Un personnage :Monza Murcatto, de « Servir Froid »
Un genre de musique :du rock

Une dernière petite question avant de se quitter : as-tu des projets en cours ou des parutions prochaines dont tu accepterais de nous parler ?

Oui plein 🙂 Après «  De vase et d’écailles » va sortir le roman « Corbeaux dans la brume » qui en est la suite. Cet univers inspiré du Mexique me plaît beaucoup, ça me fait voyager et je rigole bien devant leurs péripéties.

Je travaille également sur « Ribaude », un roman très sombre sur une mercenaire au caractère mordant, plutôt médiéval européen. Pas tellement de rigolade, là, plutôt un humour caustique et désabusé.

Je compte ensuite reprendre « Steamcops », un projet post-apocalyptique steampunk. C’est le plus complexe de mes projets, je travaille beaucoup sur le background avant de le lancer.

Merci Alizée je te remercie d’avoir répondu à mes questions ! Beaucoup de succès à De vase et d’écailles ainsi qu’à Harpies… et à tes projets futurs !

 Merci beaucoup, avec plaisir !

Bibliographie Alizée Villemin

Romans :

– Juin 2014 : parution du tome 1 de « Lady Falkenna » (steampunk fantastique) chez Lune Écarlate Éditions. Il est pré-sélectionné pour le prix Bob Morane.

– Octobre 2015 : parution du tome 2 de « Lady Falkenna » chez Lune Écarlate Éditions.

– Septembre 2016 : parution du roman fantasy « Le Silence des Dragons » chez Lune Écarlate Éditions.

– Mars 2020 : Sortie prévue du roman fantastique « Harpies » en Auto-édition.

– En préparation : le roman Dark-Fantasy « Corbeaux dans la brume », le roman dystopique « Louve » et le roman Dark-Fantasy « Ribaude »

Nouvelles :

– Septembre 2011 : la nouvelle « Dragon Ronchon » (fantasy) remporte le Tournoi des Nouvellistes.

– Avril 2017 : parution de la nouvelle steampunk fantastique « Corignis Surprise » dans le recueil « Nutty Dragons » de Nutty Sheep Éditions.

– Décembre 2017 : la nouvelle fantasy « Le Prix à payer » est finaliste (sélection jury) du prix Imaginarius 2017 chez Short Édition. Elle est ensuite Recommandée et exploitée dans des applications mobiles (Smart Trip).

– Juillet 2018 : la nouvelle fantasy « De glace et d’épée » est finaliste (sélection public) du Grand Prix été 2018 chez Short Édition. Elle est ensuite Recommandée et exploitée dans des applications mobiles (Smart Trip puis Notre Temps 2018).

Octobre 2019 : la nouvelle fantastique « Post Lux Tenebras » est finaliste (sélection jury) du prix La Mort en Cavale chez Short Édition. Elle est ensuite Recommandée.

– Janvier 2020 : la nouvelle fantasy humoristique « Salahad, le dragon végétarien » est finaliste (sélection jury) du prix Le Prince Oublié 2020 chez Short Édition. Elle est ensuite Lauréate de ce même prix, déclarée « Coup de chapeau du jury » et Recommandée, puis exploitée sur l’application mobile Smart Trip et distribuée dans les Distributeurs d’Histoires Courtes.

Février 2020 : Sortie du recueil de nouvelles dark-fantasy « De vase et d’écailles ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s